Bienvenue à GIANTmicrobes!

Sangsue (Hirudo medicinalis)

Les sangsues ne sont pas que des parasites suceurs de sang ! Elles pratiquent la médecine depuis des milliers d’années et sont toujours en activité aujourd’hui. Découvrez leur histoire fascinante.

(Ventouse pouvant se fixer à n’importe quelle surface lisse incluse !)

FAITS : La pratique consistant à extraire le « mauvais sang » des patients remonte à des milliers d’années. Au temps jadis, deux théories avant-gardistes justifiaient cette opération. D’un côté, certains médecins croyaient que la santé variait en fonction de l’équilibre des quatre humeurs dans le corps : le sang, la lymphe, la bile noire et la bile jaune. Si l’opinion professionnelle concluait qu’il y avait un excès de sang dans le corps d’un patient, il fallait alors rétablir l’équilibre en pratiquant une saignée. D’un autre côté, d’autres médecins pensaient que le sang pouvait atteindre une sorte de date d’expiration, le vieux sang stagnant au niveau des extrémités risquant alors de provoquer des problèmes de santé. Débarrasser le patient de ce sang vicié lui permettait donc de recouvrer la santé.

Si des instruments bien aiguisés étaient souvent utilisés pour faire couler le sang, l’utilisation de sangsues à cet effet était également très répandue. La sangsue médicinale Hirudo medicinalis se révélait particulièrement utile pour cette tâche du fait que sa salive contenait de l’hirudine, une substance anticoagulante puissante.

Les progrès de la médecine firent tomber en disgrâce les saignées utilisées comme méthode de guérison. Néanmoins, les sangsues sont toujours utilisées pour des opérations spécifiques telles que pour recoudre des appendices tranchés ou greffer des tissus sur des patients.

Les artères (qui distribuent le sang en provenance du cœur) peuvent être réparées par des chirurgiens, mais les veines, qui sont plus délicates, peuvent s’avérer difficiles à suturer individuellement. En posant des sangsues sur un patient, le flux sanguin vers les zones affectées peut être facilité jusqu’à ce que le corps reconstruise ses veines endommagées, empêchant ainsi le sang de circuler et puis stagner, comme le craignaient les médecins d’autrefois.

Copyright © 2015 Giantmicrobes, Inc. Tous droits réservés.

  • Leech plush doll
  • Leech cluster
  • Sangsue (Hirudo medicinalis) under a microscope!
Size Specs
Prices include 20% VAT

Sizes:


Sangsue (Hirudo medicinalis) Sangsue (Hirudo medicinalis) GMEU-PD-0445
5,95 €
- +


Related Products:


Globule Rouge (Erythrocyte) Globule Rouge (Erythrocyte) GMEU-PD-0610
9,95 €
- +

Product Details

Informations complémentaires

Sizes Giantmicrobes are based on actual microbes, cells, organisms and other critters, only 1,000,000 times actual size!
Gigantic (GG) 40-60cm
XL (XL) 25-38cm
Original (PD) 12-20cm
Minis (MM) 5-10cm each
Keychain (KC) 5-10cm with clip
Materials Plush from all new materials. Stuffed with polyester fiber fill. Surface washable: sponge with water & soap, air dry.
Emballage Each plush microbe includes a printed card with fun, educational and fascinating facts about the actual microbe or cell.
Safety Every product meets or exceeds U.S. and European standards for safety. For ages 3 and up.

All about Sangsue (Hirudo medicinalis)

FAITS : La pratique consistant à extraire le « mauvais sang » des patients remonte à des milliers d’années. Au temps jadis, deux théories avant-gardistes justifiaient cette opération. D’un côté, certains médecins croyaient que la santé variait en fonction de l’équilibre des quatre humeurs dans le corps : le sang, la lymphe, la bile noire et la bile jaune. Si l’opinion professionnelle concluait qu’il y avait un excès de sang dans le corps d’un patient, il fallait alors rétablir l’équilibre en pratiquant une saignée. D’un autre côté, d’autres médecins pensaient que le sang pouvait atteindre une sorte de date d’expiration, le vieux sang stagnant au niveau des extrémités risquant alors de provoquer des problèmes de santé. Débarrasser le patient de ce sang vicié lui permettait donc de recouvrer la santé.

Si des instruments bien aiguisés étaient souvent utilisés pour faire couler le sang, l’utilisation de sangsues à cet effet était également très répandue. La sangsue médicinale Hirudo medicinalis se révélait particulièrement utile pour cette tâche du fait que sa salive contenait de l’hirudine, une substance anticoagulante puissante.

Les progrès de la médecine firent tomber en disgrâce les saignées utilisées comme méthode de guérison. Néanmoins, les sangsues sont toujours utilisées pour des opérations spécifiques telles que pour recoudre des appendices tranchés ou greffer des tissus sur des patients.

Les artères (qui distribuent le sang en provenance du cœur) peuvent être réparées par des chirurgiens, mais les veines, qui sont plus délicates, peuvent s’avérer difficiles à suturer individuellement. En posant des sangsues sur un patient, le flux sanguin vers les zones affectées peut être facilité jusqu’à ce que le corps reconstruise ses veines endommagées, empêchant ainsi le sang de circuler et puis stagner, comme le craignaient les médecins d’autrefois.

Copyright © 2015 Giantmicrobes, Inc. Tous droits réservés.

Back to top